Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Stéphane Meunier

mercredi 14 mai 2008

Le blog énergie de SIA Conseil, dont le directeur associé est Stéphane Meunier, analyse ici les perspectives de la méthanisation des déchets ménagers.
  • limiter la teneur en imbrûlés et en métaux lourds des mâchefers utilisés dans les travaux publics ;
  • limiter la présence de polluants et de toxiques dans les rejets gazeux. En particulier, une corrélation a été établie entre le fait de vivre à proximité d’un incinérateur rejetant des dioxines et la probabilité de développer un cancer (3).
  • de couvrir la consommation d’environ 100 bennes à ordure ou de 60 bus urbains ;
  • d’assurer le chauffage de 700 maisons ou l’eau chaude sanitaire de 3 500 maisons ;
  • d’assurer par cogénération l’électricité spécifique de 1 300 logements, plus l’eau chaude pour 2 000 autres.
  • Si les déchets sont entièrement fermentescibles (déchets de cuisine, papiers, cartons, déchets verts), le compost sera de bonne qualité et pourra être utilisé dans les cultures alimentaires, non alimentaires, les espaces verts et les jardins.
  • Si les déchets contiennent des inertes (plastiques, métaux, verre, gravats, noyaux de fruits, etc.) ou des polluants, le compost produit devra servir au comblement d’anciennes décharges, à la réhabilitation des sites pollués, voire être stocké en décharge.

    Etat des lieux de la méthanisation en France et en Europe
    La méthanisation existe déjà en France sur de nombreux sites et pour différents types de déchets :
  • les boues de stations d’épuration : environ 80 sites de taille industrielle début 2004 ;
  • les effluents liquides industriels (papeteries, boissons et distilleries, agroalimentaire, agrochimie) : environ 70 sites de taille industrielle début 2004 ;
  • le lisier : uniquement de petites installations car les projets industriels se sont heurtés à une forte opposition.
  • recyclage des matières non combustibles (verre, fer, aluminium), du papier et du carton ;
  • méthanisation de la partie fermentescible des déchets (qui représente 30% à 40% du tonnage de nos poubelles, hors papiers et cartons recyclables, d’après l’Ademe) avec valorisation énergétique et valorisation matière du compost ;
  • incinération du reste avec valorisation énergétique et valorisation matière du mâchefer ;
  • stockage uniquement des déchets toxiques, dangereux ou ne pouvant pas être intégrés aux traitements précédents.
  • la collecte des déchets fermentescibles à la source ;
  • le tri sur site associé à une collecte au porte à porte des toxiques : piles, détergents, médicaments, produits phytosanitaires, solvants, encres, peintures, etc.
Tag(s) : #Energie méthanisation
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :